1. Accueil
  2. Marché immobilier
  3. Année 2024
  4. Y aura-t-il encore des Parisiens à Paris cet été ?
  1. Accueil
  2. Marché immobilier
  3. Année 2024
  4. Y aura-t-il encore des Parisiens à Paris cet été ?
Année 2024

Y aura-t-il encore des Parisiens à Paris cet été ?

/v1612962360/logo/Favicon.svg
Charlotte
Mis à jour le 12 juillet 2024
v1720540631/website/highlight/Parisiens_à_Paris_cet_été_2024.png

Paris, mois d’août. Vous êtes en terrasse, un spritz frais à la main, entourés d'amis. L'air est chaud mais supportable, vous profitez des rues désertées. Enfin… c’était sans compter les Jeux Olympiques et Paralympiques qui s'invitent dans la capitale, bouleversant la paisible atmosphère estivale. Entre restrictions, foules et météo incertaine, restera-t-il encore un Parisien ou auront-ils tous pris le large ?

JO, le grand bazar de l’été

Habituellement, les étés parisiens riment avec tranquillité et absence de foule. Un moment privilégié pour les habitants qui profitent de cette ambiance unique. Mais cette année, les Jeux Olympiques s'apprêtent à bouleverser les habitudes des Parisiens.

Si la maire de Paris, Anne Hidalgo, promet un « moment absolument exceptionnel », certains habitants ne partagent pas son enthousiasme face aux difficultés qui s’annoncent. À commencer par les transports. Et pour cause, les JO vont les impacter de manière significative.

Entre les voies du périphérique réservées aux athlètes et officiels, les fermetures de stations et les modifications des tracés des métros, c’est le grand chamboulement. Les perturbations se font déjà sentir pour les Franciliens, et cela risque d’engorger encore plus les réseaux. Les déplacements risquent de devenir laborieux, surtout sur certaines lignes où les trajets ressemblent déjà à de véritables parcours du combattant (utilisateurs du RER A, on est de tout cœur avec vous).

La circulation dans le centre-ville promet aussi d’être un casse-tête. En raison des restrictions de circulation mises en place autour des sites olympiques et des villages des athlètes d’une part, mais aussi des mesures de sécurité renforcées, notamment la mise en place de QR codes à l'entrée de certains lieux, ce qui ne plaît pas à tout le monde.

Pour tenter de sauver le bateau, la mairie de Paris a même demandé à ses habitants de limiter les commandes en ligne et les livraisons à domicile, et d'éviter les déménagements pendant la période. De quoi ajouter encore plus de contraintes…

Il est vrai que Paris attend le double de touristes pour l'été des JO. Et si une partie des billets a été achetée par des Parisiens eux-mêmes, précise le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris (COJO), la vie quotidienne s'en trouvera forcément impactée.

Face à ces bouleversements, certains ont déjà décidé de quitter la ville, tandis que d’autres ont choisi de profiter de cet événement.

Vivre ou subir les JO

Ceux qui ont décidé de s’en aller

Quitter la ville pendant les Jeux, c'est exactement ce qu'a décidé de faire Alba, une Parisienne de 28 ans. “Je sais d’avance que je vais avoir du mal à me rendre au bureau, alors je n’imagine pas comment ça va se passer pour sortir pour d’autres occasions”, confie-t-elle. Heureusement pour cette rédactrice web, son entreprise a entendu l'appel de Valérie Pécresse (présidente du conseil régional d'Île-de-France) qui incitait « tous ceux qui le peuvent à télétravailler » et autorise le télétravail total pendant toute la durée des Jeux.

Il est vrai que, face à des transports non préparés à l'afflux des visiteurs, la ville lumière a dû prendre le taureau par les cornes et demander aux entreprises de se mobiliser à coup de conférences de presse et de campagnes de communication dans les métros et sur les bus.

Affiche transports en commun JO
Côté logement, une étude de PAP de mars 2024 révélait qu'environ 60 % des propriétaires parisiens envisageaient de louer leur appartement pendant les Jeux Olympiques. Attirés par des gains financiers potentiels, ils prévoyaient de multiplier leurs loyers par 5, voire 10, en profitant de l'afflux de touristes. Une tendance qui a déclenché des débats enflammés, d'autant plus que des étudiants ont dû quitter leurs logements universitaires pour faire place aux athlètes.

D’ailleurs, pour certains, cette ruée vers l'or s'est avérée décevante. Beaucoup de propriétaires n'ont pas trouvé de locataires prêts à payer des prix exorbitants. Alba, par exemple, a choisi de ne pas louer son appartement malgré son départ de Paris. Elle a préféré éviter les risques et les problèmes liés à la sous-location.

Ceux qui préfèrent rester

Les Parisiens ne désertent pas complètement la ville. Prenons Mélanie, graphiste à Montreuil : “Les JO ne me font pas vraiment peur. Je me dis que ce ne sera qu’une petite période comparé à l’été entier.” Grâce au télétravail volontaire autorisé par son entreprise, elle peut travailler en toute tranquillité. “Là où j’habite, j’ai une vie de quartier et des lieux pour faire la fête qui resteront ouverts. Je compte bien y retrouver mes amis qui seront restés à Paris.”

Certains ont la chance de pouvoir télétravailler, tandis que d'autres n'ont pas le choix et doivent rester sur place. Bien qu'il soit difficile de quantifier précisément les Parisiens en télétravail pendant les JO, on estime que 15 % à 30 % de la population pourrait choisir cette option.

Un sondage OpinionWay pour Stellantis de février 2024 révèle que 56 % des habitants d'Île-de-France peuvent télétravailler au moins une fois par semaine. Avec 60 % des actifs parisiens résidant en dehors de la capitale, le télétravail s'impose comme une solution idéale pour beaucoup.

Cependant, entre 675 000 et 725 000 Parisiens ne peuvent pas télétravailler, soit parce que leur poste ne le permet pas, soit parce que leur employeur l'autorise trop peu. Pour eux, il n'y a pas d'autre choix que de subir les changements dus aux JO ou de partir en vacances.

Bon à savoir
Entre 100 000 et 180 000 Parisiens vont travailler pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, rejoints par 45 000 volontaires qui devront aussi être logés sur place.

Il y a aussi ceux qui veulent profiter de ce spectacle unique. Mélanie, par exemple, n’a pas réussi à obtenir de billets, mais compte bien circuler dans les rues de Paris : “Ça va être un moment qu’on ne voit qu’une fois, alors j’ai envie de me fondre dans la masse. Et comme beaucoup de Parisiens seront partis, j’ai bon espoir de passer un bon été malgré tout.”

Et si je veux acheter à Paris cet été ?
Un projet d'achat immobilier dans la capitale ? L'arrivée des JO n'est pas vraiment pour arranger les affaires des acquéreurs. En effet, nombre d'agences immobilières ont prévu de fermer durant les Jeux. Il faut dire que face aux difficultés pour circuler, visiter risque de devenir compliqué ! Sans oublier que de nombreux propriétaires ont fait le choix de mettre en location leur bien durant l'évènement. Août n'étant déjà pas le mois le plus simple pour un achat immobilier, mieux vaut peut-être attendre la rentrée...

Il est certain que Paris s'apprête à se métamorphoser cet été. Même si une partie des Parisiens manquera le spectacle, les 15 millions de touristes attendus feront vibrer la Ville Lumière aux côtés de ceux qui ont décidé de rester pour admirer le spectacle.

Intéressé.e par l’immobilier parisien ?

Ces articles vous informent sur les spécificité de ce marché pas comme les autres :

Sur le même sujet